|

Agbéyomé Kodjo : « Il y a de nombreux défis en dehors des réformes, de l’élection présidentielle et de l’alternance »

image_pdfimage_print

« Il y a de nombreux défis » à relever au Togo « en dehors des réformes de l’élection présidentielle et de l’alternance », a affirmé ce jeudi sur sa page facebook, Agbéyomé Kodjo, le président du parti OBUTS/Opposition (Organisation pour bâtir dans l’union un Togo solidaire (OBUTS, opposition).

 

L’ambiance politique est crispée ces derniers mois, l’opposition et le pouvoir étant à couteaux tirés sur les réformes politiques, notamment l’épineux sujet de la limitation du mandat présidentiel. Des partis de l’opposition parlementaire tentent de barrer la route au président Faure Gnassingbé pour un troisième mandat.

 

Un projet de loi portant réformes constitutionnelles et institutionnelles introduit par le gouvernement et limitant à dix ans au plus, le mandat présidentiel a été rejeté le 30 juin dernier par les députés du parti au pouvoir, majoritaire à l’Assemblée nationale.

 

Les députés n’ont pu s’entendre sur l’application de la disposition limitant le mandat présidentiel. Pour l’opposition, le texte prendra « effet immédiatement », exigence qui n’est pas du goût des députés du parti au pouvoir.

 

« Il y a de nombreux défis en dehors des réformes, de l’élection présidentielle, et de l’alternance. Comment parvenir à l’égalité de chance, à une meilleure redistribution, à l’emploi des jeunes, à la réconciliation Alpari nationale, à libérer le génie inventif du peuple togolais, à faire du Togo une nation émergente, cela exige courage, persévérance, tolérance, pardon amour de la patrie, amour de soi et de l’autre », a souligné Agbéyomé Kodjo.

 

« Bref ne soyons pas obtus d’esprit, soyons ouverts et lucides. Le Togo sera une nation puissante et rayonnante, un modèle pour l’univers, c’est ainsi le décret divin », a-t-il précisé.

 

Déjà dans une Tribune publiée le 3 décembre dernier, le président du parti OBUTS, s’est dit favorable à la candidature de Faure Gnassingbé en 2015.

 

« Si le prix de la limitation du nombre de mandats présidentiels est d’accepter que le Président en exercice puisse rempiler pour un dernier mandat, pour ce qui concerne l’homme politique que je suis, je l’accepte volontiers », avait-il affirmé.

 

« Se cambrer dans une posture d’opposition radicale alors même qu’aux termes de la Constitution de la République du Togo, il est permis à l’actuel Président de la République en exercice de se représenter et penser jouer la rue pour l’en empêcher prospèrera, ne me semble pas être une option qui préserve la paix et la démocratie », avait-il martelé.

 

Ancien Premier ministre, Agbéyomé Kodjo a été également président de l’Assemblée nationale. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 

source : Savoir News

Tags: , , , , , , ,

Laissez un commentaire

WordPress

*