|

Affrontement au campus de Lomé : La PN-0456 N brûlée par les étudiants

image_pdfimage_print

campus_violence1


Une semaine après la course poursuite entre force de l’ordre et étudiants au campus universitaire de Lomé, la scène a repris de plus belle ce jeudi 22 janvier dans l’après-midi. Comme bilan provisoire un étudiant handicapés arrêtés, trois policiers grièvement blessés et leur voiture brûlée non loin de la DASS.
 
Les causes de cette manifestation de jeudi reste les mêmes que celles du mercredi 13 janvier passé. Il s’agit des revendications liées au manque de bus suffisants pour le transport estudiantin sans oublier la tranche qui ne sort pas souvent à temps.
 
A l’heure où les étudiants s’apprêtaient encore à manifester, deux voitures de la police patrouillaient déjà dans le campus pour se rassurer qu’il n’ya aucune trace de manifestation.
 
Ce n’est que dans l’après midi que les hostilités ont véritablement démarré entre les deux camps : On se croirait dans un film de Hollywood.
 
Les étudiants très nombreux courraient dans tous les sens pour fuir les représailles des corps habillés déterminés à en découdre avec eux grâce à des gaz lacrymogènes qui les dispersent comme des fourmis magnan.
 
L’action contraire était aussi remarquée à certains endroits. Ce sont plutôt les forces de l’ordre qui roulaient à vive allure pour fuir les cailloux qui pleuvaient de part et d’autres quand elles se sentent encerclées. Tout est barricadé pour empêcher les soldats de rouler plus facilement.
 
campus_violence
Selon les témoignages des uns et des autres, trois (3) soldats parmi lesquels on compte une femme ont été sévèrement bastonné et grièvement blessés tandis que la voiture immatriculée PN-0456 N au bord de laquelle ils se trouvaient à été ratatinée et brûlée non loin de la DASS.
 
Du côté des étudiants, on note plus de personnes désemparées et un étudiant handicapés qui aurait voulu chercher un abri, a été arrêté et transporté dans la voiture des forces de l’ordre pour une destination inconnue.
 
Jusqu’à 15h, les affrontements continuaient et la gendarmerie est venue en renfort pour mieux cadrer les hostilités.
 
Si ces manifestations continuent encore les jours à venir, il est fort probable que le campus soit fermé par les autorités universitaires pour le compte de ce début d’année, vu que d’autres préoccupations comme la question de sécurité nationale prévaut plus ces derniers temps et constitue l’une des grande préoccupations du moment..
 
source : http://bnnafricanews.com
 

Tags: , , , , ,

Laissez un commentaire

WordPress Themes

*