Présidentielle/Protestation : Des militants et sympathisants de CAP 2015 dans les rues de Lomé ce samedi


manif_cap2015_16mai2015

Des militants et sympathisants du Combat pour l’Alternance Politique (CAP 2015) ont battu le pavé ce samedi à Lomé pour protester contre les résultats de la présidentielle du 25 avril dernier, a constaté l’Agence Savoir News.

 

Selon les résultats définitifs de ce scrutin, le président Faure Gnassingbé est crédité de 58,77% des suffrages contre 35,19% pour son principal adversaire Jean Pierre Fabre. Ce dernier conteste les résultats, dénonçant de « graves irrégularités ». M.Fabre n’a pas déposé de recours devant la Cour constitutionnelle.

 

Mais les observateurs (nationaux et internationaux) déployés sur le terrain, n’ont pas dénoncé de fraudes. Ils ont jugé ce scrutin libre et transparent.
Partis de Gakpoto, les manifestants ont sillonné certaines artères de Lomé, avant de chuter sur le terrain d’Akassimé pour un meeting.

 

Au milieu du cortège, on notait la présence des responsables du CAP 2015 dont Jean Pierre Fabre et Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

 

Sur des pancartes, on lisait : « Jean Pierre Fabre, président élu », « Halte au coup de force électoral », « Exigeons la vérité des urnes »…

 

« On ne peut pas continuer à vivre dans un pays, avec des coups de forces. Il faut que la population prenne conscience de la gravité de la situation et qu’ensemble, on œuvre pour y mettre fin », a déclaré à l’Agence Savoir News M.Fabre.

 

S’agissant de sa requête adressée à l’Organisation Internationale de la Francophonie, M.Fabre a répondu : « L’OIF n’a pas encore répondu. Nous attendons sa réponse ».

 

Mercredi dernier, les responsables du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR, deuxième force politique de l’opposition) ont invité les contestataires à avoir la « présence d’esprit de reconnaître leur erreur, de faire le bilan et de dire : faisons autre chose ».

 

« On ne peut pas nous dire que les conditions sont remplies pour aller à une élection avec une Cour constitutionnelle qui est dans cet état là ; aller à ces élections, refuser de la saisir pour dire qu’on a pas confiance », avait commenté Me Dodji Apévon, président du CAR, avant d’ajouter : « C’est un peu tordu comme démarche ». FIN

 

En Photo : Des responsables du CAP 2015, lors de la marche ce 16 Mai 2015 à Lomé

 

Junior AUREL

 
source : savoir news