L’UE pour le respect des résultats de la présidentielle


jose_manuel_barrosso


Alors qu’un suspens continue par entourer les résultats issus de la présidentielle du 24 avril au Togo, le porte-parole de l’Union Européenne, a appelé au respect des résultats.
 
Qui a-t-il gagné l’élection présidentielle du 24 avril 2015 au Togo ? Sur les sites internet et les réseaux sociaux, des résultats donnent aussi bien le président sortant Faure Gnassingbé, que son principal challenger Jean-Pierre Fabre, gagnant. Côté Commission électorale nationale indépendante (Céni), seule institution habilitée à proclamer les résultats provisoires officiels, cinq jours après la tenue du scrutin, les choses traînent à se clarifier.
 
« Jean-Pierre Fabre a gagné l’élection mais les tenants du pouvoir cherchent une fois encore à changer les données issues des urnes », clament un militant de l’opposition rencontré ce matin à Ablogamé. La veille, le candidat du Combat pour l’alternance politique en 2015, (Cap-2015) a rassuré ses militants sur la victoire du camp de l’alternance.
 
En face, on assure aussi que Faure Gnassingbé a remporté l’élection. « Le candidat de Unir a fait le plein de voix dans les zones rurales et a même réalisé une percée dans certains fiefs de l’opposition comme Aného, l’Avé ou encore Dapaong. Il a aussi profité de l’abstention provoquée par les divisions au sein de l’opposition », explique un militant de l’Union pour la république. (Unir)
 
Reste cependant que la Céni dominée par le pouvoir, n’arrive à proclamer les résultats. « C’est dans le seul souci de transparence », explique le militant de Faure Gnassingbé rencontré à Tokoin-Gbonvié. Faux rétorque celui du Cap-2015, qui fustige des fraudes de la part de leur adversaire. « Ces fraudes obligent à vérifier minutieusement les résultats bureau de vote par bureau de vote. Et à cette épreuve, les membres de la Céni sont stupéfaits par l’ampleur des fraudes », ajoute t-il.
 
Dans le pays, le sentiment de peur domine. Les forces de sécurité et parfois des militaires la mine fermée, sont déployées dans la capitale. Autant le scrutin s’est déroulé pacifiquement, autant on redoute un embrasement en cas de contestations des résultats. Ce qui pousse les partenaires du Togo, à se positionner.
 
Le très influent leader ivoirien dans la sous-région Alassane Ouatara, est arrivé à Lomé en compagnie du président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO, John Dramani-Mahama pour « délibérer ». Sur place, le chef de la mission de l’Organisation Internationale de la Francophonie, le Général Sangaré, se veut intraitable.
 
« L’UE appelle à tous les acteurs de continuer à œuvrer pour que le processus électoral se poursuive dans le calme et la transparence.
Il est important que tous les acteurs se conforment aux résultats des élections, en tant qu’expression de la volonté des électeurs », insiste de son côté l’UE, qui a envoyé une mission auprès de la Céni.
 
Les uns et les autres en appellent au calme. « Toute contestation éventuelle concernant les résultats devrait être réglée pacifiquement, par les voies légales appropriées », poursuit la déclaration du porte parole de l’institution européenne, sur l’élection présidentielle au Togo.
 
source : Le Canard Indépendant