Présidentielle du 25 avril : UNIR et CAP 2015 bouclent ce mardi, les débats publics organisés par la société civile


debat_public_unir_cap2015

M. Gilbert Bawara (ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales) et Prof Komi Wolou (porte parole du Combat pour l’Alternance Politique en 2015 (CAP 2015) ont successivement représenté le candidat du parti Union pour la République (UNIR) à la présidentielle M. Faure Gnassingbé et celui de CAP 2015-04-21 M. Jean Pierre Fabre lors des deux derniers débats publics organisé ce mardi à Lomé par le Plateforme Citoyenne Vérité Justice (PCJV), a constaté une journaliste de Savoir News.

 

Les deux rencontres se sont déroulées dans un grand hôtel de la place. L’objectif de ces débats est de mettre à contribution les candidats ainsi que les étudiants, universitaires et acteurs de la société civile dans la prévention et la gestion des conflits avant, pendant et après le scrutin présidentiel.

 

Plus spécifiquement ces débats publics visent à permettre aux candidats d’exposer aux citoyens, leurs points de vue sur certaines thématiques afin de créer un cadre de dialogue et de débats contradictoires et d’amener les candidats à s’engager pour la consolidation d’un Etat de droit et à la préservation de la paix.

 

Chacun des deux représentants a donc défendu le candidat qu’il représente durant les deux heures qu’a duré chaque débat.

 

Le premier débat entre M. Bawara et la société civile n’a pas du tout été sans rebondissement. Des réformes politiques au système judiciaire en passant par la gouvernance locale et la décentralisation, l’éducation, la santé et l’emploi, M. Bawara n’a pas manqué de charmer les participants sur les projets du candidat UNIR Faure Gnassingbé candidat à sa propre succession.

 

« L’engagement à opérer les réformes est un engagement irrévocables pour le candidat Faure. Si le peuple le lui permet, au cours de son prochain mandat le président candidat Faure fera des réformes aussi bien que de l’éducation, de la santé et tous les secteurs qu’il faut développer une priorité », a-t-il déclaré.

 

Le second débat entre Prof Wolou et les mêmes participants a suivi la même procédure pour permettre à ce dernier de dévoiler un peu l’agenda de société de M. Fabre.

 

En ce qui concerne les réformes, ce dernier n’a pas manqué de souligner que si le peuple fait confiance au candidat de CAP 2015 et s’il est élu au soir du 25 avril prochain, les réformes constitutionnelles aussi bien que les élections locales seront organisées dans les plus brefs délais.

 

« Dans les mois qui suivront l’élection de notre candidat, si le peuple togolais nous fait confiance, non seulement les réformes seront opérées mais les lois de notre pays seront également appliquées », a-t-il confié.

 

Notons que les thèmes abordés lors des débats ont tourné autour des réformes politiques et institutionnelles pour le renforcement de la gouvernance au Togo (recommandations 4 à 16 de la CVJR), le système judiciaire et le renforcement de l’Etat de droit, gouvernance locale et décentralisation, éducation, santé, emploi, rôle de l’armée dans le développement de la nation.

 

Les discussions ont donc mis fin aux débats publics organisés depuis le 14 avril par la PCJV. M. Komandega Gerry Taama candidat du parti Nouvel Engagement Togolais (NET) est le seul candidat qui a participé lui-même à ce débat, les autres s’étant fait représenter.

 

Le parti politique Alliance des Démocrates pour le Développement intégral (ADDI) d’Aimé Tchabouré Gogué n’a pas participé aux débats.

 

Rappelons que la campagne électorale qui a démarré depuis 10 avril dernier sur toute l’étendue du territoire s’achèvera le 23 avril à minuit. FIN

 

Chrystelle MENSAH

 
source : savoir news