Le mythe d’une guerre froide entre le Prince et Fo Barqué


faure_barque


La rumeur est devenue presqu’une clameur. Elle circule sur des réseaux sociaux, dans les colonnes de certains journaux et dans les bouches de beaucoup de personnes à Lomé.
 
Le Prince tout-puissant serait en grippe sérieuse avec le peulh Fo Barqué au point où les militaires qui gardaient la maison du vieux peulh ont été rappatriés.
 
Plus rien ne passerait encore entre le Prince-seigneur du Togo et son allié de tous les temps et de tous les coups foireux ou crimes économiques que notre pays ait jamais connus.
 
A l’origine du supposé différend, deux hypothèses :
 
L’inamovible conseiller spécial aussi calme que dangereux aurait eu l’audace de conseiller au Prince, les réformes politiques avant la présidentielle de 2015.
 
D’autres langues estiment que connaissant bien le style très rouillé de Barry Moussa Barqué, celui-ci pourrait avoir tous les réflexes nobles sauf celui des réformes car, dit-on, il est l’un des conservateurs les plus aboutis du régime RPT/UNIR.
 
Sa supposée disgrâce actuelle ne serait donc pas liée à une question de réformes mais plutôt à un problème d’argent qui a certainement mal tourné entre lui et le Prince.
 
Barqué est en fait un adepte du conservatisme. Avec son allure calme et pondérée, le peulh de Dapaong, l’homme à la tête blanche parle vraiment très peu mais agi avec une telle efficacité, que beaucoup des ténors du régime actuels le connaissent très bien comme étant un des plus terribles rapaces du système.
 
Il est très facilement confondu au sein du régime à un as, tellement il serait intelligent que son nom aurait été gravé au fronton d’une célèbre université à Paris comme étant un des rares modèles aboutis d’intelligence et d’érudition des XXème et XXIème siècles.
 
Mais tout compte fait, quel que soit ce qui est supposé opposer le Prince à Barry Moussa Barqué, il serait très difficile que le fils-héritier prenne le risque d’exposer le différend à la place publique. Jamais Faure Gnassingbé n’oserait traduire un Barry Moussa Barqué en justice. Il y a au moins deux raisons majeures qui fondent notre affirmation.
 
La première est liée au fait que le vieux octogénaire de Dapaong détient toute une mine de secrets d’Etats et notamment du Prince depuis le temps du général défunt.
 
En effet, Barry Moussa Barqué n’est pas n’importe qui aussi bien pour le régime en place que principalement pour Faure Gnassingbé lui-même.
 
Tous les deux se connaissent depuis les vieux dossiers de l’OTP où ils ont été chargés par le père de renouveler les équipements de cette société jusqu’à d’autres dossiers aussi scandaleux qu’économiquement criminels pour le Togo.
 
Alors, que Barqué tombe aujourd’hui en disgrâce auprès du Prince est un fait.
 
Mais de là, espérer que le Prince prendrait le risque de jeter le vieux peulh en pâture, l’étape sera difficile à franchir sauf dans le cas précis où, les magiciens qui entourent le Prince et le Prince lui-même, auraient encore eu l’art immonde de détecter dans la pensée de Fo Barqué, une convoitise supposée du fauteuil présidentiel, comme ce fut le cas pour Pascal Bodjona, l’autre gros ponte du régime.
 
Autrement, Faure Gnassingbé oserait tout sauf exposer ce différend qui est supposé l’opposer à son éternel conseiller spécial.
 
La deuxième raison tient du fait que Faure Gnassingbé doit avoir tiré les leçon des différents errements judiciaires qu’il a initiés et entretenus ces dernières années sans jamais rien récolter de potable.
 
Les dossiers Kpatcha Gnassingbé, des incendies et celui encore plus inconcevable de Pascal Bodjona doivent l’avoir déjà instruit. Il ne peut plus s’exposer avec une telle légèreté et une telle immoralité qui l’ont mis nu à la face du monde.
 
Mieux, Pascal Bodjona a montré aux autres barons du régime, la voie de la résistance et de l’audace face à une oppression injuste. Faure Gnassingbé le sait bien.
 
Tenter encore une telle aventure contre un autre baron reviendrait à dire qu’il serait aussi prêt à supporter les déballages que ce dernier pourrait être amené à faire à la place publique. Ce n’est pour rien que des criminels économiques comme Sam Bakassam, Etienne Bafeï…ne sont guère inquiétés malgré la flagrance des actes pernicieux qu’ils ont eu à commettre à la tête des sociétés d’Etat au Togo.
 
Le simulacre de procès de Kpatcha Gnassingbé n’aurait pas eu lieu que beaucoup de togolais n’auraient pas su que le Prince s’est accaparé de tout l’héritage laissé par leur défunt père au détriment de tout le reste de la progéniture du feu général.
 
Les togolais n’auraient pas su que des milliards appartenant au vieux, avaient été laissés entre les mains de dame Ingrid Awadé pour des fins futiles et propres au Prince etc.
 
Ces deux raisons suffisent donc pour que le Prince ne se risque guère à mettre la main sur un quelconque baron du régime quel que soit le crime que ce dernier aurait commis.
 
A plus forte raison, un Barry Moussa Barqué qui a toujours fait et continue de faire office de vrai ministre des mines au Togo, président du conseil d’administration de la BTCI, de Contour Global et consort et qui détient autant de dossiers du jeune, ne pourrait faire l’objet d’une quelconque poursuite au Togo même s’il est clairement avéré qu’il a détourné des milliards appartenant au peuple.
 
Ce serait du temps du feu général que l’on aurait imaginé qu’un Barqué pourrait être pris. Et d’ailleurs le processus d’une telle arrestation était déjà enclenché avant que Dieu ne rappelle le vieux.
 
Mais dès lors qu’il est mort et que l’un des principaux complices de Barqué a accédé au pouvoir, jamais il ne pourrait encore faire l’objet d’une quelconque poursuite.
 
Ils peuvent tous les deux être en froid pour une raison ou une autre, mais personne ne franchirait le Rubicon d’une guerre ouverte. Leur guerre ne peut que rester froide….
 
Si notre analyse est fausse, nous attendons que le Prince franchisse le pas d’une attaque frontale contre Barqué de sorte que les togolais aient les moyens d’aviser de son degré d’audace et de courage.
 
source : togoinfos