|

37 ans de carrière d'Afia Mala : des grands concerts et des surprises au menu de cette célébration

image_pdfimage_print

37 années de carrière  , que s’apprête à célébrer en grande pompe  notre Diva de la musique Togolaise  Afia Mala en novembre 2011 ;réserve beaucoup de surprise au public et aux fans .

Au menu de cette célébration , deux grands concerts ; le premier au stade de Lomé et le deuxième dans un grand hôtel de la capitale et retransmis en direct à la télé (le nom de la chaine n’est pas connu).

Le public découvrira beaucoup de surprises. C’est l’occasion de présenter à ce public sa Fondation « Vie et Vivre »

Les fonds qui seront collectés lors des concerts, seront reversés à sa Fondation, afin d’aider les enfants démunis en fournitures scolaire.

Afia mala  offrira un grand bâtiment scolaire doté d’une bibliothèque à une école primaire publique dans la préfecture  de Vo.

 

Que faut-il savoir de la princesse Afia Mala ?

Influencée par Lokua Kanza, Afiawavi Missohou (son vrai nom), guitariste, auteur, chante en éna, en yoruba, en swahili, en lingala, en français et en espagnol un folk togolais marqué par le genre « habobo ». Voir l’interview Afia Mala la cubaine

L’authentique Princesse des rives du Mono, Afiwavi Mawulana Missohou, connue sous le nom de Afia Mala est née d’une très belle histoire d’amour entre deux familles royales de Vogan au Togo où est née sa mère et de Dogbo au Bénin d’où vient son père.

Elle découvre la chanson et la composition aux côtés de sa mère, à Vogan, celle-ci faisait partie d’une formation de femmes du Habobo. Un groupe d’une soixantaine de femmes qui se réunissent très régulièrement pour écrire un spectacle qu’elles représentent deux fois par ans, avec costumes, danses et chansons, s’accompagnant de percussions (tam-tam, maracas et gon). Le village entier assiste aux représentations. Leurs chansons sont des satires et racontent la vie au village, leur vie, les difficultés, les injustices, les travers de certains ; elles critiquent par exemple les femmes qui maltraitent les enfants de leurs co-épouses, ou les hommes qui ne s’occupent pas comme il faudrait de leurs femmes…

La mère d’Afia compose avec ces femmes, et sa fille l’interroge souvent sur ce qu’est la composition, sa mère lui explique que c’est « dire ce qu’elle a en elle » et que chacun peut composer. Dès lors, encore enfant, au collège, Afia écrit ses premières chansons. Élève brillante, elle est aussi celle dont la voix sublime suscite des applaudissements lors des fêtes scolaires. Certains n’hésitent pas à la comparer à Bella Below, la blues-woman togolaise (décédée à l’âge de 27 ans), inspiratrice de toute une génération de chanteuses africaines. Afia aime aussi interpréter Myriam Makeba, Edith Piaf et d’autres stars intemporelles. La voie est toute tracée pour la princesse des rives, malgré les ambitions de son père qui rêvait pour elle d’une carrière d’avocate.

Sa Carrière :

La carrière d’Afia Mala commence véritablement en 1974. Cette année-là, elle chante devant 4 500 spectateurs au Palais des Congrès de Lomé, la décision est prise, elle sera chanteuse.

Son premier album DJALELE sort en 1979 aux Editions Lassatel au Bénin. En 1981, elle enregistre à Paris son deuxième album, LONLON VEVIE sous la direction artistique de feu Jimmy YACINTHE, produit par Malpani, il sort en France et en Afrique.

En 1984, elle est choisie par les auditeurs de R. F. I. pour sa chanson « Ten Hompte », (La Terre Noire) et obtient le Prix Découverte RFI. Cette chanson paraît sur l’album ES LA MANANA, sorti en 1987. Produit par Afia, il est arrangé par Bonkana Maïga et enregistré au studio JBZ à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Ses albums suivants, Afia Mala les enregistre à Paris : – DESIR, réalisé par Manu Lima (distribution Sonodisc – 1989). – PROPHETIE, réalisé par Maïka Munan (distribution Blue Sylver – 1995) – ANGELINA, réalisé par Yves Njock (distribution Déclic / BMG – 1997) .

Toujours avec Yves Njock, en 2003, l’album PLAISIR, (distribution Milan/Universal), est résolument latino. Chanté en différentes langues, c’est un véritable mélange de cultures. On y retrouve Lokua Kanza en duo avec Afia, sur le morceau « Matesso ».

Afia Mala, auteur, compositeur, interprète, est devenue femme d’affaire. En effet, depuis 1987, elle est productrice de tous ses albums.

« Primée et nommée à de multiples reprises dans différents prix musicaux sur le continent, Afia Mala est une des voix les plus emblématiques du Togo. » (Rfimusique.com – 2007). Elle se produit dans le monde : Chicago, Indianapolis (USA), Almati (Kazakhstan), Paris, et dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Pour Afia Mala, une chanson doit toujours porter un message. À l’image des femmes du Habobo de son enfance, elle ne triche pas… elle est une artiste sincère qui chante avec son coeur et en plusieurs langues : éwé, adja, lingala, swahili, douala, français, anglais et espagnol. Elle chante la condition des femmes et des enfants en Afrique. Elle évoque aussi l’amour, l’injustice, la paix. Afia Mala c’est une voix, profonde et une présence scénique exceptionnelle.
Benson Diakité / Afia Mala

Laissez un commentaire

Premium WordPress Themes

*